Logo Unimutuelles
Contacter un conseiller par mail 02 23 25 35 70 Trouver une agence

Accueil > Espace jeune > Actualités > La sexualité, parlons-en avec Unimutuelles !

La sexualité, parlons-en avec Unimutuelles !

Non la sexualité n’est pas un sujet tabou car elle peut faire basculer votre avenir par une grossesse non prévue ou une MST (maladie sexuellement transmissible) qui aura des répercussions sur votre vie d’adulte. Unimutuelles vous informe sur la contraception et la prévention des MST.

 

  1. La grossesse n’est pas une fatalité !

Nous vivons une époque où les jeunes femmes ont la chance de maîtriser leur projet de maternité. Avoir un enfant, c’est un grand chamboulement dans la vie d’une femme alors si vous n’êtes pas prête pour cette grande aventure, pensez contraception.

 

Contraception oui, mais avec quels contraceptifs ?

Faites le choix d’une contraception fiable. Unimutuelles fait pour vous le tour des grandes familles de contraception.

La pilule : la méthode la plus efficace pour éviter d’être enceinte.

La pilule est composée d’hormones qui bloquent l’ovulation. La première fois, la première pilule est prise le premier jour des règles, et les suivantes chaque jour, à heure fixe, jusqu’à la fin de la plaquette. Les plaquettes mentionnent les jours de la semaine pour être certaine de ne pas avoir fait d’oubli. Avant d’entamer une nouvelle plaquette, il est nécessaire d’attendre 7 jours, période durant laquelle survient souvent un saignement simulant les règles et où le risque de grossesse est quasiment nul même sans saignement.

Les plus de la pilule :

  • Efficace à 99.5%
  • Méthode la plus fiable
  • A son arrêt, l’ovulation reprend (après une période plus ou moins longue) ce qui offre une bonne maîtrise de sa fécondité.

Les moins de la pilule :

  • La prise doit être quotidienne et à heure fixe
  • La pilule est prescrite après une consultation médicale car elle présente des contre-indications absolues.
  • Le tabac est incompatible avec la prise de la pilule

 

Le préservatif : la seule protection contre les MST

Il empêche tout contact entre les sexes des partenaires. C’est une barrière physique à la fécondation, efficace à 95% mais c’est aussi la seule protection contre les MST. Il existe 2 sortes de préservatifs.

Le préservatif masculin : c’est le plus connu et le mois cher. Cette protection en latex enveloppe le sexe en érection. Le préservatif doit être placé avant tout contact entre les deux sexes et il est indispensable de se retirer avant la fin de l’érection. Utilisez un nouveau préservatif avant chaque rapport.

Le préservatif féminin : moins connu, c’est malheureusement son prix qui décourage son utilisation. En polyuréthane, c’est une solution pour les personnes allergiques au latex. Il tapisse entièrement la paroi vaginale et les petites lèvres. Il est efficace pendant 24 heures.

 

Le stérilet ou dispositif intra-utérin

C’est une pièce de plastique souple, placée à l’intérieur de l’utérus par un médecin. Il empêche la nidation ou le développement de l’œuf dans l’utérus.

Les plus du stérilet :

  • Son efficacité se situe entre 97% et 99%.
  • Le stérilet se change tous les 3 à 5 ans par le médecin ou gynécologue
  • C’est en France un moyen bien connu car c’est le deuxième moyen de contraception après la pilule.

Les mois du stérilet :

  • Il nécessite une surveillance médicale annuelle
  • Possibilité de règles plus abondantes ou douloureuses et de douleurs abdominales
  • Il est davantage conseillé aux femmes ayant déjà eu une grossesse.

 

L’implant contraceptif

L’implant contraceptif est une méthode de contraception féminine peu utilisée.

En quoi consiste cette méthode ?

L'implant contraceptif est un bâtonnet fin d'environ 4 cm de long sur 2 mm de diamètre (qui ressemble à une petite allumette) que le médecin implante sous la peau, dans la partie interne du bras - quelques centimètres au-dessus du coude. Il est actif au bout de 24 heures en diffusant de l’étonogestrel, une hormone à effet contraceptif. Sa durée de vie est d’environ 3 ans.
Durant les trois mois qui suivent la pose, une consultation médicale est recommandée afin de surveiller d’éventuels effets secondaires comme pour toute contraception et vérifier la peau à l'endroit où a été placé l'implant.

Le prix d’un implant est d’environ 140 € en France (pour les 3 ans), et il est remboursé à 65% par l'Assurance maladie. Selon votre contrat santé, les 35% restants pourront être pris en charge par votre mutuelle santé.

Comme toute contraception il y a des avantages et des inconvénients

L’avantage principal c’est son efficacité avec un taux de 99% comme la pilule. Les principaux échecs semblent être principalement dus à une mauvaise manipulation à la pose.

Les inconvénients

  • Tous les médecins ne sont pas formés à la pose ou au retrait de cet implant.
  • Des effets secondaires sont possibles tels des irrégularités des cycles, l’allongement de la durée des règles, la prise de poids, l’acné, des migraines, des vomissements, des douleurs aux seins…
  • Pour certaines femmes, l’absence de saignements durant les règles.
  • L’esthétique : le retrait de l’implant laisse une petite cicatrice de 2 mm.

Quelles sont les femmes concernées par cette nouvelle contraception ?

  • Les femmes qui oublient régulièrement de prendre la pilule ou de mettre un préservatif.
  • Les femmes ayant une contre-indication ou une intolérance aux œstrogènes de synthèse présents dans la pilule ou au stérilet.
  • L'implant contraceptif est officiellement indiqué aux femmes entre 18 et 40 ans.
     

La contraception d’urgence

Son usage est exceptionnel. Elle ne doit être employée qu’après un rapport pas ou mal protégé (oublie de pilule, rupture du préservatif…).

La pilule du lendemain n’est efficace qu’à 80% ce qui renforce son caractère exceptionnel. Gratuite pour les mineures, elle se présente sous forme de 2 comprimés. Le premier doit être avalé le plus tôt possible, obligatoirement dans les 72 heures qui suivent le rapport. Le second entre 12 et 14 heures plus tard.

 

En dehors de ces méthodes contraceptives, les autres pratiques sont peu fiables. Un rappel sur ces méthodes :

  • Le diaphragme et les spermicides utilisés seuls sont peu efficaces. Néanmoins, ils sont recommandés en cas d’oubli de la pilule d’au moins 24 heures et peuvent être conseillés par le médecin pour renforcer les effets d’une autre méthode contraceptive.
  • Egalement inefficaces, le retrait avant éjaculation ou l’éjaculation sur le sexe de la partenaire car à tout moment du sperme peut couler dans le vagin.
  • Les méthodes de calcul de la période du cycle durant laquelle la femme est fertile (températures, Ogino, Billings). Ces méthodes ne sont pas fiables car le cycle féminin est facilement perturbé par le stress, la fatigue, une émotion forte ou la maladie.

 

  1. Les MST : le sida oui mais pas uniquement !

 

Le sida (syndrome d’immunodéficience acquise) est la MST la plus médiatisée mais ce n’est pas la seule. Unimutuelles passe en revue les principales maladies sexuellement transmissibles.

Le sida

A ce jour aucun traitement et aucun vaccin ne permet de guérir ou de prévenir du sida. Le virus du sida (VIH) se transmet uniquement par le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et le lait maternel. Les relations sexuelles constituent la première cause d’infection. Le virus se transmet lors de pénétrations vaginales et anales sans préservatif ou lors de contacts bucco-génitaux.

Si vous êtes enceinte ou jeune maman, même si les traitements réduisent le risque de contamination, les femmes séropositives peuvent transmettre le virus à leur enfant durant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement.

Protégez-vous en utilisant systématiquement un préservatif lors de toute pénétration avec un ou une partenaire dont on ignore s’il est porteur ou non de VIH. En cas d’imprudence ou d’accident, rendez-vous le plus rapidement possible (dans les 48 heures) chez un médecin, dans un service d’urgence ou un centre de dépistage. Si la situation le justifie, un traitement d’urgence, qui diminue les risques de contamination, vous sera prescrit. Son efficacité est maximale dans les 4 heures qui suivent l’exposition au virus.

Les infections à papillomavirus

Elles sont très courantes avec 10% à 30% de personnes atteintes. Il existe désormais un vaccin dont l’injection doit se faire pour les adolescentes à 14 ans ou les jeunes femmes entre 15 et 23 ans n’ayant pas eu de rapports sexuels ou au plus tard dans l’année suivant le premier rapport sexuel.

 Les signes possibles sont des lésions ou des petites verrues (condylomes) sur les organes génitaux et l’anus qui apparaissent de une à huit semaines après la contamination. S’il n’est pas traité, cela augmente les risques de cancer du col de l’utérus.

Le vaccin permet la prévention alors discutez-en avec votre médecin et/ou votre famille.

La chlamydiose

La chlamydiose doit être traitée dans les meilleurs délais pour ne pas entraîner de complications graves telles que la stérilité. Les symptômes possibles sont des brûlures, des écoulements anormaux (verge, anus, vagin), de la fièvre et des douleurs au bas-ventre. Ces symptômes apparaissent en général une à deux semaines après la contamination.

L’herpès génital

L’herpès génital se manifeste par des petits boutons douloureux de fièvre qui se situent généralement au niveau de visage. Il peut également apparaître des bulles sur les organes génitaux, l’anus ou la bouche. Ces bulles sont accompagnées de démangeaisons. Ces manifestations apparaissent environ une semaine après la contamination.

La syphilis

Une syphilis non traitée engendrera des complications plus graves dans tout le reste de l’organisme : au niveau du cerveau, des nerfs, du cœur, des artères et des yeux.

La syphilis se manifeste par l’apparition de chancres (petites plaies indolores) et/ou d’éruptions sans démangeaisons sur la peau et les muqueuses. Ces signes apparaissent entre deux et quatre semaines après la contamination. Quelques semaines après l’apparition du chancre, différentes lésions peuvent se développer sur la peau (boutons) mais aussi au niveau des muqueuses, des os ou du système nerveux.

L’hépatite B

C’est une infection très fréquente, transmissible par le sang, les sécrétions sexuelles et le lait maternel.

Le dépistage de l’hépatite B est systématique et obligatoire pour les donneurs de sang. Il est également obligatoire pour les femmes enceintes au sixième mois de grossesse.

Le virus de l’hépatite B passe inaperçu dans la majorité des cas. Comme pour les autres hépatites, il peut y avoir dans certains cas des signes comme de la fatigue, des nausées, des vomissements, un syndrome grippal ou une jaunisse.

Aujourd’hui, l’hépatite B est une des maladies les plus répandues dans le monde. Il existe actuellement plusieurs moyens de protection contre ce virus dont un vaccin et, encore et toujours, le préservatif.

 

Pour en savoir + :

Si vous ne pouvez ou n’osez pas aborder ce sujet en famille, Unimutuelles vous conseille de prendre contact avec les organismes suivants :

Le Mouvement français pour le planning familial. Il agit auprès des pouvoirs publics pour faire reconnaître les droits des femmes à la maîtrise de leur fécondité. La Confédération nationale vous renseignera et vous communiquera les coordonnées de votre antenne départementale.

Confédération nationale : 4, Square Saint-Irénée, 75011 PARIS -  Tél : 0 800 803 803

 

Retrouvez votre antenne départementale sur www.planning-familial.org.

Pour l’Ille-et-Vilaine, 2 adresses :

11, Boulevard Maréchal de Lattre de Tassigny à Rennes – téléphone : 02 99 31 54 22

46, Boulevard de la République à Saint-Malo – téléphone : 02 99 56 20 75

 

En dehors de ces organismes, n’oubliez pas d’en parler avec votre médecin traitant qui, même s’il est votre médecin de famille, a un devoir de réserve concernant les informations de ses patients alors faites-lui confiance.

Pensez également à consulter un gynécologue. Même si les délais sont longs pour obtenir un rendez-vous, sachez qu’ils gardent toujours quelques créneaux horaires pour des urgences.


Autres actualités

Toutes les actualités

Nous contacter
Contacter votre mutuelle en Ille et Vilaine
Rennes - Saint-Grégoire

Appelez-nous
Trouver une agence
Demandez votre devis

Vous souhaitez obtenir une offre sur-mesure ?
Remplissez le formulaire en ligne et obtenez un devis dans les meilleurs délais !

Etudiant, jeune actif, jeune couple ou jeune parent : découvrez les garanties santé dédiées à votre génération.

Jeunes
découvrez l’offre spéciale jeunes
Liens utiles
MSALe ministère de la santéRSI

Rentrée 2018 : clap de fin pour la Sécurité Sociale étudiante !

La Sécurité Sociale étudiante vit ses dernières heures. Quelle protection pour les nouveaux...

> Voir l'actualité

Tatouage, piercing, scarification

Se faire tatouer… cela semble banal… c’est la mode et tout le monde le fait !

> Voir l'actualité

La sexualité, parlons-en avec Unimutuelles !

Non la sexualité n’est pas un sujet tabou car elle peut faire basculer votre avenir par une...

> Voir l'actualité

Association « l’outil en main »

Unimutuelles, acteur de l’Economie Sociale et Solidaire, soutient un certain nombre...

> Voir l'actualité